J'ai déjà eu du mal à écrire un article, mais je pense n'avoir jamais eu autant de mal, de tristesse à écrire celui-ci. Les mots me manquent, la souffrance est grande, trop grande pour mon petit cœur et je ne sais toujours pas si j'arriverai un jour à publier ce que je suis en train d'écrire. Mais je vais faire comme si c'était le cas, comme si une personne autre que moi était à l'instant même, sur mon blog, sur cette article à lire ces phrases. Beaucoup on remarqué que j'avais changé le nom de mon blog, peu savent la raison de ce énième changement. Je savais qu'il arriverai un jour où je devrai annoncer le pourquoi d'Anorence et je ne pensais pas que cela serait pour vous dire ce que j'ai à vous dire...

Je m'appelle Anaïs, ce prénom à été choisi par ma maman, Florence. Ma maman est la personne que je respecte, admire et aime le plus au monde. Evidemment, j'aime tout autant mon père et mes frères, mais il y a cette alchimie, cette adoration que j'ai pour elle. Depuis septembre, voir même juillet, j'ai décidé de dédier tout mon univers online à elle en l'incluant au plus profond de tout cela, c'est à dire mon identité dans la blogosphère. D'Anaïs et Florence est née Anorence. Ma maman n'était pas une personnalité publique, elle n'avait ni Twitter, ni Instagram. C'était une maman comme beaucoup d'autres, aimante, travailleuse et qui s'est bravement battu contre un monstre qui s'appelle glyobastome. Aujourd'hui, elle repose parmi les étoiles, et malgré le vide qu'elle a laissé en moi, en nous, je continuerai à dédier ma vie à la rendre fière de moi, avant qu'arrive le jour où je pourrai la rejoindre.

Notre amour est comme le vent. Je ne peux pas le voir, mais je peux le sentir.